Pourquoi opter pour un séminaire en château ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Quoi de plus original et dépaysant que le cadre atypique d’un château pour y organiser son séminaire d’entreprise, et renforcer ainsi les liens entre ses plus proches collaborateurs ?
Original
Adieu les open-space bruyants, trop gris, trop blancs, trop ouverts, trop vitrés, direction la chaleur des salons du château, la fraîcheur de ses somptueux jardins, l’intimité de ses cours intérieures et le charme de son mobilier chargé d’histoire. Au revoir aussi les citations affichées partout autour de vous au bureau, les « Ils lui ont dit que c’était impossible alors il l’a fait » - pas de pression - et autres phrases toujours plus positives que celles d’à côté, et place aux salons baptisées en l’honneur de nos peintres et écrivains les plus célèbres.
Accessible
Au delà de l’originalité, préférer un château comme lieu de séminaire permet de ne pas avoir à partir très loin. Une entreprise parisienne pourra par exemple opter pour un séminaire à Chantilly, à une petite heure de route seulement, et offrir à ses employés quelques instants hors du temps dans l’un des châteaux de la région tout en les introduisant aux innovations de leur domaine d’activité par exemple.
Des incentives peu banales
Pour ceux qui voudront plutôt orienter ces séminaires vers des incentives, avec davantage d’activités de groupes et une dynamique plus ludique, le choix du château sera également intéressant dans la mesure où les activités qui y seront proposées changeront de l’ordinaire, sans pour autant s’éloigner du « team building »  tant recherché. L’amélioration de la cohésion de l’équipe passera ainsi par un rallye de 2CV, ou encore des séances de méditations dans les jardins du château
Rien de tel qu’un séminaire en château afin d’en repartir avec une équipe plus motivée, soudée, et prête à appliquer un nouveau savoir, acquis loin de la routine et du cadre parfois étouffant des bureaux.
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »